la France pas pénalisée par une sortie de l'euro

Publié le

Résultat d'une étude de l'agence de notation Standard & Poor's qui tord le coup aux sombres présages des Cassandre de l'euro... Point de catastrophe, au contraire !...

euro

Dans une étude publiée vendredi 25 novembre, l'agence de notation Standard & Poor's s'est intéressée aux conséquences qu'aurait, sur la qualité de leur crédit, un abandon de l'euro par les pays membres de la zone. "Même si un éclatement de l'Union monétaire européenne ou un départ d'un de ses membres est difficile à imaginer dans un avenir prévisible, les gouvernements émettent désormais des emprunts d'une durée de cin- quante ans, une période durant laquelle un changement radical de l'environnement économique peut se produire", notent les analystes.

L'exercice de "simulation" (et non de "prédiction") auquel s'est livrée l'agence arrive à la conclusion que ce sont les pays les plus mal notés de la zone, c'est- à-dire ceux dont les finances publiques sont les plus malsaines, qui seraient les plus affectés. En cas d'abandon de l'euro, l'Italie, le Portugal et la Grèce verraient la note attribuée à leur dette descendre de deux ou quatre crans, celle de la Grèce revenant par exemple de A à BBB —. Cette dégradation provoquerait un renchérissement du coût de leurs emprunts sur les marchés et une détérioration supplémentaire de leurs comptes publics.

En revanche, selon l'agence, les pays disposant de la meilleure note (AAA), comme la France et l'Allemagne, la conserveraient.

Publié dans Analyses

Commenter cet article