Une économie a besoin de ses 2 jambes pour marcher

Publié le

 

 

Si les pays de la zone euro accumulent de si mauvais résultats économiques, il faut comprendre le problème à la source pour tenter de trouver des solutions.

A l'origine du problème, une idée assez simple qu'aucun économiste ne viendra contredire : une économie ne peut correctement fonctionner que si elle s'appuie sur ses 2 jambes, budgétaire et monétaire. En confiant leur souveraineté monétaire à un organisme indépendant supranational, la BCE, les pays de la zone euro se sont eux-mêmes amputés d'une de leurs jambes.

Une bonne politique économique repose en effet sur un subtil dosage entre une politique budgétaire reflétant la conjoncture et des choix politiques, et une politique monétaire qui s'utilise de la même manière. L'une ne va pas sans l'autre. Et la béquille que représente une politique monétaire européanisée à l'échelon fédéral ne compense en rien la perte de la jambe monétaire. La béquille est en effet bien trop grossière, ayant à concilier 12 situations économiques, sociales et démographiques fort différentes.

Résultat, nos pays claudiquent. Ils accumulent les mauvaises performances : taux de croissance les plus faibles du monde, et nettement inférieurs à ceux des pays hors euro, chômage persistant, inflation qui repart à la hausse, avec pour conséquence logique une dette qui grimpe.

La solution passe par la greffe d'une nouvelle jambe monétaire, c'est à dire la sortie de la zone euro, l'introduction de nouvelles monnaies nationales et la réaffectation de la souveraineté monétaire aux banques centrales nationales, sous la surveillance des autorités politiques. Ainsi, il sera possible de relancer la machine en menant des politiques monétaires bien plus finement adaptées à nos besoins et nos situations spécifiques.

De tout récents sondages nous l'ont montré, les opinions publiques des 3 principaux pays de la zone euro, France, Allemagne et Italie, demandent qu'on abandonne la béquille euro. Grâce à ce site, et avec votre aide, nous y oeuvrons. Ne perdons pas de temps.

Publié dans Analyses

Commenter cet article

Peretz 21/04/2006 17:17

Je viens de lire le livre de Sapir "la fin de l'>Eurolibéralisme", assez décapanat. Il rejoins ce que tu penses comme moi, qu'il faut renoncer à l'euro tel qu'il est actuellement. Mais deux jambes ne suffisent pas, il faut les bras et la tête pour bloquer le rouleau compresseur du tout économique néo-mlibéral. J'ai peutêtre des pistes. Ciao. Louis