Faisons sauter les verrous du renoncement !

Publié le

 

Nous avons déjà gagné une bataille : les Français sont désormais majoritairement convaincus des méfaits de l'euro et se rendent compte jour après jour de l'ampleur des mensonges qu'on leur a fait avaler.

Reste maintenant une deuxième manche à mener, et à remporter : faire entrer la sortie de l'euro dans le champ des possibles. En effet, l'intense propagande politico-médiatique en faveur de la monnaie européenne a permis de poser dans les esprits des verrous souvent solidement attachés. Beaucoup de nos concitoyens sont persuadés qu'il n'est désormais plus possible de se débarrasser de l'euro, et pensent y être condamnés à perpétuité...Souvenons-nous de ce qui s'est passé en Italie l'été dernier quand plusieurs ministres ont envisagé un retour à la lire nationale, très vite la Commission de Bruxelles tentait d'étouffer le débat par cette formule lapidaire : "l'euro c'est pour toujours !". Faire progresser la résignation et le renoncement, voilà ce à quoi s'emploie cette entreprise de propagande.

Et bien non ! L'Histoire nous a très souvent montré que rien n'est irréversible. La sortie de l'euro est totalement envisageable, il n'y a même aucun obstacle juridique à sa réalisation. De plus, parce que l'euro est une erreur économique, il ne résistera pas longtemps aux réalités. Nous ne pourrons pas accepter longtemps de demeurer la zone la moins dynamique du monde, nous ne pourrons pas longtemps tenir avec un système qui impose à 12 pays très différents le même taux d'intérêt, les mêmes remèdes.

La sortie de l'euro est donc une issue logique, naturelle. Faisons sauter les verrous de la propagande, et redonnons aux Français l'espoir. Déjà certains verrous ont sauté, la campagne du NON nous l'a montré. La situation n'est pas figée ad vitam aeternam, à nous d'être les acteurs du changement !

Publié dans Sortons !

Commenter cet article

Guigue 13/05/2006 22:53

Merci beaucoup pour votre réponse claire et argumentée.
cordialement

Sortir de l'euro 13/05/2006 22:28

Merci de votre commentaire.
Pour répondre à votre remarque sur la culture européenne forgée par l'euro, nous n'y croyons guère, d'abord parce qu'une monnaie n'a jamais fait un peuple (ce sont les peuples qui font les monnaies), surtout quand cette monnaie affichent des monuments virtuels sur ses billets...De plus, toutes les enquêtes montrent que le sentiment d'appartenance à l'Europe n'a fait que baisser dans tous les pays de la zone euro depuis 2002.Sur le franc et la croissance, nous pensons effectivement qu'une monnaie unique pour 12 pays aux situations économiques et démographiques fort différentes n'est pas une bonne chose. Les économistes de plus en plus le soulignent, jusque dans les rangs du CAE, l'organisme chargé d'éclairer le gouvernement sur ses choix économiques. Depuis l'introduction de l'euro, les performances des pays de la zone euro sont toujours moindres que celles des pays restés en dehors, ce qui n'était pas le cas avant. Nous préconisons donc un retour aux monnaies nationales, accompagné de la suspension de l'indépendance dogmatique des banques centrales nationales pour qu'elles puissent enfin se mettre au service de l'emploi et de la croissance, et pas seulement de la lutte contre l'inflation.
Enfin, en nous lisant je pense que vous aurez compris que nous ne sommes pas "contre l'Europe", ce qui n'a pas grand sens, mais contre l'Europe telle qu'elle se fait depuis une vingtaine d'années, l'Europe du libéralisme roi, de la démocratie bafouée et des technostructures, des lobbies triomphants. Bref, comme une part croissante de nos concitoyens, nous refusons l'Europe de l'euro. L'Europe sera plus efficace et plus aimée quand elle se mettra au service des peuples, en se concentrant sur quelques grands projets mobilisateurs.
Cordialement

Guigue 13/05/2006 20:24

Pensez-vous que garder le franc aurait eu un effet positif sur la croissance? L'euro est comme même pratique et forge un peu plus une culture européene. La construction européene se fait par étape et je pence que l'Euro fait partie de ses étapes.
Etes vous pour ou contre la construction européene?