La crise va-t-elle faire exploser l'euro ?

Publié le




A lire, une publication de recherche économique par Natixis, intitulée : "Quel avenir pour les pays de la zone euro les plus pénalisés par la crise ?" (en date du 3 février 2009, et rédigée par l'économiste Patrick Artus).

Si l'auteur écarte l'hypothèse d'une sortie de l'euro, on notera l'argumentation très idéologique, et uniquement idéologique, qui justifie ce choix (l'hypothèse d'une sortie de la zone euro n'est pas jugée "réaliste", sans que l'auteur n'argumente davantage).

En revanche, le papier est intéressant sur d'autres aspects :

 

* Il met en évidence la faille existentielle de l'euro, et montre comme la crise économique et financière la révèle au grand jour : "On risque bien de voir apparaître la conséquence, annoncée depuis longtemps par les économistes, du fait que la zone euro n'a pas les caractéristiques d'une zone monétaire optimale : une situation permanente, et très dangereuse, de chômage très élevé dans les pays affectés par un choc défavorable" (page 1).
Pour les non-initiés, une "zone monétaire optimale" est une région qui peut se permettre d'avoir une seule monnaie et une seule politique monétaire du fait de sa très grande homogénéité économique C'est ce que la zone euro précisément n'est pas.
Un "choc défavorable" est le résultat d'une crise qui n'affecte pas tous les pays membres d'une même zone de la même manière, avec la même intensité. Ainsi, au sein de la zone euro, certains pays sont plus touchés que d'autres en raison de leur position dans l'économie mondiale, leurs spécialisations, leurs caractéristiques propres.

 

* L'auteur cite quatre pays parmi les plus pénalisés par la crise et les effets amplificateurs de l'euro : l'Espagne, l'Irlande, la Grèce et le Portugal.

 

* Il explique un autre défaut majeur de la monnaie unique, que nous avons à de nombreuses reprises souligné sur ce site : "la réaction de la politique monétaire de la zone euro risque d'être inefficace : parce qu'elle est déterminée par la situation moyenne de la zone euro" (page 4). En d'autres termes, une même politique monétaire, une seule monnaie sur un territoire aussi grand et varié que la zone euro ne permet pas de mener une politique fine adaptée aux besoins de chacun des pays, mais juste une politique "moyenne". L'image la plus parlante est sûrement celle d'un hôpital dans lequel tous les malades recevraient le même traitement, une sorte de traitement "moyen". On imagine aisément que certains d'entre eux n'y survivraient pas...

* Conséquence de cette situation, une explosion de la crise et du chômage dans les pays les plus touchés : "un choc asymétrique conduit à une hausse du chômage impossible à corriger dans les pays affectés par le choc" (page 12).
"Impossible à corriger", parce qu'en l'absence de monnaie nationale il n'est pas possible d'utiliser la marge de manoeuvre monétaire.

* L'euro arrive donc au bout de ses contradictions. Ce qui devait arriver est en train d'arriver, avec pour conséquence selon l'auteur "un chômage de plus en plus élevé, scénario très dangereux socialement et politiquement" (page 12).

Reste à faire sauter le verrou idéologique, qui interdit aux "élites" d'envisager la sortie de l'euro, pour sortir de cette impasse.

Aujourd'hui quatre pays européens, dont l'Espagne, souffrent tout particulièrement de l'euro. On aurait pu y ajouter l'Italie, qui s'interroge de plus en plus ouvertement sur une réintroduction de la lire. Demain, quand ces pays seront noyés et que nous serons nous-mêmes très affaiblis par la crise, nous paierons tous dramatiquement les conséquences de la monnaie unique.

Il est temps de réagir.

Sur ce site, nous avions écrit qu'il fallait anticiper une sortie de l'euro pour éviter qu'une crise ne nous dicte cette solution, en en payant le prix fort.
Faute d'anticipation, nous y sommes.
Réagissons au moins le plus vite possible dans la crise, pour que ce prix ne soit pas trop élevé.

Publié dans Sortons !

Commenter cet article

jbrug 15/09/2010 23:17



L'analyse de P. Arthus est incomplète, biaisée et insuffisante (désolé d'écorner la notoriété de l'homme d'"affaires"), entre autres:


- les aspects macroéconomiques ne sont pas (ou peu) pris en compte, tous les maux viendraient de l'endettement privé qui semble être à lui seul à l'origine (donc responsable) de la crise, sans
véritable recherche des causes, ce qui n'est pas sérieux pour un économiste de renom;


- l'endettement public semble être une conséquence de l'endettement privé, là encore, assertion gratuite, comme si le public devait se substituer à l'endettement privé pour maintenir la
croissance;


- la montée du chômage serait due au défaut d'endettement privé!!! (on marche sur la tête!);


- il n'y a pas d'issue possible à la crise qui sera longue et douloureuse, (sauf pour l'Allemagne, pourquoi?), toute modification du système existant étant considérée "irréaliste", donc rejetée
du revers de main;


- P. Arthus reconnaît néanmoins le danger d'une explosion sociale, mais ce n'est pas son problème, c'est un banquier...


Rarement vu une telle incompétence et un tel cynisme. C'est à ce genre de personnage que les traités européens ont abdiqué le pouvoir de nous asservir.


J'entre en résistance.



Achat Or 28/04/2010 08:49



Semaine favorable aux Métaux Précieux


Retenez que la semaine a été favorable aux métaux précieux, notamment aux platinoïdes, dont les cours grimpent toujours.


Repli généralisé de nos métaux de base en revanche. Métaux qui avaient atteint des niveaux record la semaine précédente. La reprise
du dollar dope les prises de bénéfices !
En attendant, ça bouge sur les marchés...

1. les taux grecs montent toujours. Angela reste ferme : "des faits et des engagements !", réclame-t-elle à la Grèce. Elle n'a pas tort.
2. l'étau se resserre autour de Goldman. "L'intouchable", frappé en plein cœur, va-t-il tomber de son piédestal ?...
3. jackpot au Japon ! Sa dette publique atteint 200% du PIB. A côté de lui, la Grèce fait presque figure de bon élève ! Pourtant, personne ne dit rien. Personne ne semble s'inquiéter de cette
dette explosive. A l'image du monstrueux endettement anglais ou américain...
Ces pays sont eux aussi "intouchables". Comme l'était Goldman jusqu'ici. Mais pour encore combien de temps ?


Rien ne tourne rond... et pourtant ce matin le CAC ouvrait en méga gap haussier et passe le seuil psychologique des 4 000 points !


Isabelle Mouilleseaux.


 








Cours à
3 mois  




Vendredi
16 avril
2010  




Vendredi
23 avril
2010




Variation/ semaine






  Aluminium*




2 482




2 296




-7,49%






 Cuivre*




7 940




7 695




-3,09%






 Plomb*




2 385




2 279




-4,44%






 Nickel*




27 590




26 765




-2,99%






 Etain




19 175




18 995




-0,94%






 Zinc*




2 522




2 395




-5,04%






 Acier (Méditerranéen)




590




510




-13,56%






 Or (spot)




1 136,80




1 157,50




1,82%






 Argent (spot)