"Le non a l’Europe constitutionnelle est un non à sa principale manifestation, l’euro"

Publié le

Analyse de l'économiste Jean-Jacques Rosa, publiée le 26 mai 2006.

Dans son livre D'abord sortir de l'euro, Jean-Jacques Rosa explique pourquoi la zone euro se

trouve dans une impasse économique après l'adoption de la monnaie unique.

Jean-Jacques Rosa est professeur à Sciences Po Paris, et s'est vu remettre le prix d'"économiste de l'année" par l'hebdomadaire l'Express.

"Le vote non se comprend parfaitement et répond à une impeccable logique économique : l’intégration européenne a pris comme cheval de bataille l’intégration monétaire et la création de l’euro. Celle-ci a déterminé une politique conservatrice de la monnaie qui a engendré un ralentissement marqué de la croissance et une détérioration devenue structurelle de l’emploi (elle avait en effet commencé dès la fin des années 80 et le début des années 90 avec les politiques de convergence vers la monnaie forte qu’était le mark, pour préparer le passage à l’euro selon les fameux « critères de Maastricht »). Il convient donc de sanctionner ces choix politique et de dire non à toute proposition de poursuite de l’intégration politico-économique.

 

Les motifs le plus souvent invoqués, de façon superficielle, dans les réponses aux sondeurs ou dans les discours politiques, sont la nécessité d’accroître le protectionnisme (inutile si le taux de change est adéquat) ou de renoncer à la libéralisation de l’économie, qui n’est en réalité pour rien dans la contre-performance de l’économie.

Les électeurs ont donc compris, à travers les résultats patents des politiques suivies, que ces politiques – et en premier chef la politique de l’euro, qui en est le symbole par excellence et la réalisation la plus visible - étaient les responsables de la dégradation de leur situation économique, et qu’il fallait en conséquence changer de trajectoire. Le non a l’Europe constitutionnelle est donc un non à sa première et principale manifestation, l’euro."

 

 

Publié dans Analyses

Commenter cet article

Pierre 09/06/2006 16:53

Pour une fois que je suis d'accord avec un économiste !
continuez !