Réponses aux questions les plus fréquentes - Réponse 2

Publié le

SORTIR DE L'EURO poursuit la rédaction d'une série de fiches qui visent à répondre aux questions les plus fréquemment posées sur l'éventualité d'un abandon de la monnaie unique.

Il s'agit d'apporter des réponses argumentées à des doutes, des interrogations ou même des craintes qui ne permettent pas d'envisager sereinement une sortie de l'euro.

Aujourd'hui, réponse à la question "Le franc ne peut pas lutter avec le dollar, alors que l'euro le peut. N'est-il donc pas dangereux de quitter la zone euro ?"

Cette interrogation pose en filigrane la question de la puissance. Elle part du présupposé que plus une monnaie est attachée à un territoire vaste et peuplé, plus elle est forte au niveau international.  Il faut rassurer les personnes inquiètes à ce sujet. Ce raisonnement n'a en effet aucun sens en matière monétaire.

Pourquoi ?

* Tout d'abord parce que la force d'une monnaie ne réside pas dans la taille du pays où elle a cours légal. Elle se juge bien plus à sa capacité ou non à servir les intérêts économiques de ce pays. Pour savoir si c'est le cas, il est inutile de regarder la taille du pays, mais il faut s'intéresser à sa valeur et aux taux d'intérêt qui lui sont liés. Ainsi, le franc suisse est attaché à un petit pays mais il répond beaucoup mieux aux intérêts de la Suisse que l'euro ne le fait pour la zone euro et pour la France. Il n'est en effet par essence par possible d'adapter finement la valeur de la monnaie unique aux intérêts de chacun des pays qui l'ont adoptée. Il y aura toujours des perdants et des gagnants. Force est de constater que depuis des années, la France est du côté des perdants, souffrant d'un euro surrévalué et de taux d'intérêt trop souvent revus à la hausse. Elle n'est cependant pas en mesure de faire valoir ses intérêts auprès d'une Banque Centrale de Francfort jalouse de son indépendance absolue ;

* Pour cette raison, un franc bien piloté est bien plus profitable pour la France qu'un euro mal géré, quelle que puisse être la différence de poids entre les deux monnaies ;

* Il faut par ailleurs bien avoir en tête que l'euro ne s'est jamais imposé comme une grande monnaie internationale comparable au dollar, contrairement à ce que ses partisans nous avaient promis. Au niveau des transactions internationales, la monnaie unique représente en effet moins que la somme des anciennes monnaies nationales...Il n'y a donc pas eu création de valeurs avec l'euro, mais plutôt destruction.

L'argument de la grande monnaie synonyme de puissance opposé au retour du franc n'a donc aucun fondement. Merci de nous aider à le dénoncer.

Retrouvez ICI la première fiche argumentaire.

Publié dans Analyses

Commenter cet article

TOURNIER 08/07/2007 15:19

@ Marc L : Quant au fédéralisme, ne mélangeons pas tout, comme les promoteurs de l'Europe fédérale le font. Autant, l'existence d'un ETAT fédéral est normale, voir les Etats Unis et l'Allemagne, autant vouloir fédérer des NATIONS qui ont plus de mille ans d'Histoire est une absurdité ! C'est ce que n'ont pas compris MM. MONET et consorts par manque de culture historique : par contre, DE GAULLE lui avait compris ...

TOURNIER 08/07/2007 15:10

@ Marc L : mon raisonnement, basé sur RUEFF, est d'une logique totale quand on SEPARE la politique économique de la politique monétaire. Autant l'Europe a tout intérêt d'avoir une monnaie réelle, et non papier comme les USA, autant les NATIONS qui la composent ont intéret à garder leur libre-arbitre quand à la façon dont elles sont gouvernées : c'est cela la DEMOCRATIE qui n'a que pour SEUL CADRE la nation ; tout le reste n'est que billvesées !

Marc L 08/07/2007 12:33

Merci d'avoir à Tournier d'avoir souscrit à la pétititon sur le lien http://x09.eu/fr/home/.

Je ne comprends pas trop votre position : vous êtes à la fois pour l'euro et contre une Europe fédérale, pourtant ça va bien ensemble (voir les Etats-Unis avec le dollar).

TOURNIER 04/07/2007 13:52

je signale à Marc L que j'ai souscrit à son message .

TOURNIER 03/07/2007 21:56

De toutes manières, les tenants de la sortie de l'Euro sont comme les tenants de l'Europe supra-nationale, c'est-à-dire qu'ils ne tiennent pas compte des REALITES qui les ramèneront forcément à la RAISON !