Réponses aux questions les plus fréquentes - Réponse 3

Publié le

SORTIR DE L'EURO poursuit la rédaction d'une série de fiches qui visent à répondre aux questions les plus fréquemment posées sur l'éventualité d'un abandon de la monnaie unique.

Il s'agit d'apporter des réponses argumentées à des doutes, des interrogations ou même des craintes qui ne permettent pas d'envisager sereinement une sortie de l'euro.

Aujourd'hui, réponse à la question "L'euro c'est la modernité. Le franc est ringard, archaïque"

Moderne, archaïque. Voilà des termes qu'on entend très rapidement dès qu'un débat sur l'euro, et l'Europe en général, est ouvert.

Cette petite musique lancinante, reprise à longueurs d'ondes sur toutes nos chaînes de télévision et toutes nos stations de radio depuis des années, a profondément marqué les esprits. Dès qu'il s'agit de discuter de l'avenir de la monnaie unique, beaucoup préfèrent ne pas entrer dans un débat argumenté, sous prétexte de modernité et de refus de l'archaïsme. Leur posture est souvent sincère, il s'agit donc de tenter d'y répondre sereinement et le plus clairement possible.

* Il faut tout d'abord avoir bien à l'esprit que la modernité et l'archaïsme ne sont pas des critères pertinents pour juger une mesure économique. Ce qui compte, c'est son efficacité et sa capacité à apporter plus de croissance, de prospérité et d'emplois. Et là, le prétendu "moderne" euro ne tient pas la route une seconde face aux monnaies nationales. Depuis son introduction en effet, la zone euro a systématiquement un taux de croissance inférieur à celui des pays européens hors zone. Qui est donc le plus moderne ? L'euro qui nous vaut moins de croissance et moins de pouvoir d'achat ou la livre sterling qui préserve le Royaume-Uni de ces maux ?...

* Il ne faut ensuite pas oublier que de nombreuses expériences de monnaies uniques ont déjà été menées dans l'histoire, sans qu'elles ne rencontrent jamais le succès escompté. Pensons à l'Union latine au XIXème siècle entre la France, la Belgique, la Suisse et l'Italie, un échec. Pensons aussi au rouble soviétique, un échec. En revanche, le dollar, le yen, le yuan, le franc suisse ou la livre sterling, devises des Etats-Unis, du Japon, de la Chine, de la Suisse et du Royaume-Uni, ont prouvé leur solidité. Toutes sont des monnaies nationales, attachées à une nation, un pays, conscients de ses intérêts et relativement homogène. Où est donc la supposée modernité ? A bien y réfléchir, pas facile de répondre...

* Enfin, il faut bien se dire qu'une sortie de l'euro ne signifierait en aucune sorte un simple retour en arrière. Il s'agirait de rebâtir une monnaie nationale, plus apte à répondre à nos besoins, mais aussi un nouveau mode de gouvernance de cette monnaie, tenant compte des expériences du passé (comme les échecs de la Banque de France des années 1990 par exemple) et capable de répondre aux défis de demain. Un abandon de la monnaie unique serait d'abord un gain de souplesse, qui n'a aucune raison d'être taxé d'"archaïsme".

Merci de diffuser cette fiche autour de vous !

Les autres fiches sont ICI

Publié dans Analyses

Commenter cet article

Albert 29/09/2007 11:57

Je voudrais "reglobaliser" le débat au-desssus de la technique:
L\\\'euro a bien été conçu pour forcer à l\\\'union politique et non pour des raisons économiques ou monétaires.
-Par conséqent les européistes ne le changeront ni le quitteront JAMAIS. Au contraire ils affirmeront que s\\\'il a des défauts, c\\\'est parce qu\\\'il n\\\'y a pas assez d\\\'Europe. Et proposeront d\\\'améliorer les choses en...augmentant le budget de l\\\'UE afin de pouvoir mieux "harmoniser".
-De même en ce qui concerne l\\\'incompatibilité avancée dans la première fiche entre monnaie unique et nations plurielles. Les européistes proposeront logiquement d\\\'affaiblir les  nations pour améliorer les bienfaits de l\\\'euro en tendant vers une unique: "l\\\'Europe".
-Nous sommes bien en pleine idéologie "europiste", ce qui explique probablement le réflexe de beaucoup qui, même conscients des dégats de l\\\'euro sur notre économie, se récrient comme devant un tabou quand on propose de sortir de l\\\'euro: "Ah!non. on ne peut pas sortir de l\\\'euro!"
 

tietie007 13/07/2007 15:29

Il faut sortir de l'Euro, mais aussi des Francs et des anciens francs ...Je suis pour revenir à une monnaie régionale, voire au troc !

TOURNIER 08/07/2007 16:35

Quant à la Suisse, son cas est très spécial : dernière nation à avoir sa monnaie directement rattachée à l'or et n'ayant jamais eu de guerres depuis le XVIème siècle, il est normal qu'elle soit riche et d'autant plus propère que c'est un pays de banquiers qui, en ce moment, ne sont guère à plaindre ! Quant à la Norvège, elle a le pétrole : on les appelle "les émirs aux yeux bleus" ! C'est certainement la raison pour laquelle l'Euro ne les a pas encore attiré, mais si cette monnaie arrive à s'imposer, face au dollar, ce que je souhaite, ils nous rejoindront surement. Pour cela, pas d'échapatoire, il n'y a que l'étalon/OR ... Les évènements décideront et ils sont plus proches que nous le pensons.

TOURNIER 08/07/2007 15:02

Je tiens à faire remarquer à Marc L que le Danemark et la Suède font partie de l'Europe du Nord inféodée aux anglo-saxons ainsi que, bien sur, l'Angleterre, guerre de l'Irak oblige, elle-même inféodée aux USA. Cela explique beaucoup de choses ...

Marc L 08/07/2007 12:42

Cet argument d'un Franc ringard est vraiment à ras les paquerettes. Ca voudrait dire alors que les pays qui ont refusé l'euro seraient ringards ? Ringarde l'Angleterre où se dérouleront les JO 2012 ? Ringard le Danemark dont on vante la flexisécurité et dont la France cherche à s'inspirer ? Ringarde la Suède qui est pionnère dans les bio-carburants ? Ringardes la Suisse et la Norvège dont les économies sont florissantes ?

J'abonde vraiment dans votre sens, c'est d'un ridicule cet "argument".