L'Europe de l'euro de plus en plus impopulaire

Publié le

baisse

C'est le principal enseignement de l'étude Eurobaromètre réalisée dans les 25 pays membres de l'UE et publiée cette semaine.

Cette vague de sondages montre une montée de l'hostilité à l'Europe de l'euro, notamment à la construction sur le mode fédéral de l'UE. Cette hostilité rejaillit sur l'ensemble des dimensions de l'Europe, notamment l'élargissement dont nous ne parlerons pas ici.

En France, l'évolution est particulièrement sensible et révèle une hostilité record.

Retrouvez ICI l'intégralité des enseignements de cette étude

En voici les principaux résultats :

* Baisse du soutien à l'appartenance à l'UE : pour 50% des citoyens européens, l'appartenance de leur pays à l'UE est "une bonne chose". Ce taux marque un recul de 4 points par rapport au printemps dernier. En France, la baisse est particulièrement forte (-5 points) et ce taux s'établit à 46% ;

* Erosion de l'image globale de l'UE : l'UE jouit d'"une bonne image" auprès de 44% des personnes interrogées contre 47% en au printemps dernier (-3 points). En France, la baisse est de 4 points (45% contre 49%) ;

* La confiance dans les institutions "fédérales" de l'Europe chute et atteint des niveaux record à la baisse : baisse de 6 points du niveau de confiance dans la Commission en un an et diminution de 6 points également du taux de confiance dans le Parlement européen. Ce dernier na jamais suscité autant de défiance depuis que les sondages de l'Eurobaromètre existent (15 ans).

Bref, à refuser de poser les bonnes questions (notamment celle de l'euro et de sa pertinence), on suscite chez les peuples européens une méfiance de plus en plus forte vis à vis des institutions qui portent la responsabilité des politiques européennes, et plus globalement vis à vis de l'UE en elle même. A terme, c'est l'idée même d'Europe qui pourrait s'effondrer dans la conscience collective européenne si on continue d'éluder les vrais problèmes et qu'on s'acharne à raisonner dans l'idéologie pure et parfaite...

Posons la question de l'euro, ouvrons vraiment le débat, laissons la parole aux peuples, et nous redonnerons alors confiance en l'Europe, nous réconcilierons les citoyens avec l'Europe, celle à laquelle ils aspirent.

 

Publié dans Ailleurs en Europe

Commenter cet article